Stronger

  jeudi 08 Mars   
20 H 15



Réalisation : David Gordon Green
Scénario : John Pollono
Montage : Dylan Tichenor
Décors : Stephen H. Carter
Costumes : Leah Katznelson,Kim Wilcox
Image : Sean Bobbitt
Musique : Michael Brook
Producteur exécutif : Gary Michael Walters,Riva Marker,Anthony Mattero,Peter Mcguigan,Nicolas Stern,Jeffrey Stott,Alexander Young
Produit par : Tood Lieberman,David Hoberman,Michel Litvak,Scott Silver
Produit par : Jake Gyllenhaal
D'après le livre éponime de: : Jeff Bauman et Bret Witter
Chef maquilleur et coiffeur : Daniel Mowat
Distribution : Metropolitan Filmexport

Site officiel


 Avec 

» Jake Gyllenhall - Jeff Bauman» Tatiana Maslany - Erin Hurley» Miranda Richardson - Paty Bauman
» Clancy Brown - Jeff Bauman Sr.» Patty O'Neil - Jen» Lenny Clarke - Bob
» Nate Richman - Big D


 Synopsis 

En ce 15 avril 2013, Jeff Bauman (Jake Gyllenhaal) est venu encourager Erin (Tatiana Maslany) qui court le marathon : il espère bien reconquérir celle qui fut sa petite amie. Il l'attend près de la ligne d'arrivée quand une bombe explose. Il va perdre ses deux jambes dans l'attentat. Il va alors devoir endurer des mois de lutte pour espérer une guérison physique, psychologique et émotionnelle.
STRONGER est le récit intime et profondément humain de la lutte d'un homme mais aussi celui de la puissance des liens familiaux et de la fierté de toute une communauté.


 Anecdotes 

DEVANT LA CAMÉRA
JAKE GYLLENHAAL
Interprète de Jeff Bauman, et producteur

Nommé à l'Oscar, au Golden Globe et au Screen Actors Guild Award, Jake Gyllenhaal a été couronné par un BAFTA Award et deux National Board of Review Awards. Il figure parmi les jeunes acteurs les plus recherchés de sa génération.
Il était dernièrement l'interprète de OKJA de Joon-ho Bong, avec Tilda Swinton, présenté au Festival de Cannes 2017, et de LIFE : ORIGINE INCONNUE de Daniel Espinosa. On le retrouvera dans WILDLIFE, première réalisation de Paul Dano, et dans le premier film en anglais de Jacques Audiard, THE SISTERS BROTHERS.
Avec sa nouvelle société de production, Nine Stories, il a produit STRONGER et WILDLIFE, et produira des films comme THE SON, d'après le roman de Jo Nesbø, qui sera réalisé par Denis Villeneuve, THE DIVISION, l'adaptation du jeu vidéo post-apocalyptique d'Ubisoft par Stephen Gaghan, et une série pour A&E. Sont aussi en développement un drame sur la relation père/fils de Cary Fukunaga, JOE BELL, THE ANARCHISTS VS. ISIS sur lequel Jake Gyllenhaal retrouvera Daniel Espinosa, et THEATER OF WAR d'Alex Timbers.
Jake Gyllenhaal a marqué pour la première fois les spectateurs et les critiques du monde entier par sa bouleversante interprétation du rôle de Jack Twist dans le film d'Ang Lee LE SECRET DE BROKEBACK MOUNTAIN, pour lequel il a été nommé à l'Oscar et au SAG Award du meilleur second rôle, et a obtenu le BAFTA Award et le National Board of Review Award en 2006.
Il a reçu sa plus récente citation au BAFTA Award en 2017, dans la catégorie meilleur acteur, pour NOCTURNAL ANIMALS de Tom Ford.
Pour sa prestation dans NIGHT CALL de Dan Gilroy, dont il était aussi producteur, il a été nommé au BAFTA Award, au Golden Globe, au SAG Award, au Critics Choice Award et à l'Independent Spirit Award en 2015, ainsi qu'à de nombreux prix de la critique.
Il a également été applaudi dans END OF WATCH, un drame réaliste de David Ayer tourné dans les rues de South Central Los Angeles, dont il partageait l'affiche avec Michael Peña et était aussi l'un des producteurs exécutifs. Présenté au Festival de Toronto 2012, le film a connu un grand succès critique et public, et a figuré dans de nombreux classements des meilleurs films de 2012, dont le Top Ten des meilleurs films indépendants du National Board of Review.
En 2011, Jake Gyllenhaal était l'interprète de SOURCE CODE, le thriller de S.F. plébiscité de Duncan Jones, avec Michelle Monaghan, Vera Farmiga et Jeffrey Wright, et l'année précédente de LOVE ET AUTRES DROGUES d'Edward Zwick, avec Anne Hathaway, Oliver Platt, Hanz Azaria, Josh Gad et Gabriel Macht. Sa performance dans ce film lui a valu d'être nommé au Golden Globe du meilleur acteur. Il était aussi le Prince Dastan, héros du film de Mike Newell PRINCE OF PERSIA : LES SABLES DU TEMPS produit par Jerry Bruckheimer.
Jake Gyllenhaal a tourné à deux reprises sous la direction de Denis Villeneuve, dans ENEMY, avec Mélanie Laurent, Sarah Gadon et Isabella Rossellini, et dans PRISONERS, avec Hugh Jackman. À sa filmographie figurent aussi L'AMOUR PAR ACCIDENT de David O. Russell, LA RAGE AU VENTRE d'Antoine Fuqua, EVEREST de Baltasar Kormákur, et DEMOLITION de Jean-Marc Vallée.
Fils du réalisateur Stephen Gyllenhaal et de la scénariste Naomi Foner, et frère de Maggie Gyllenhaal, Jake Gyllenhaal est diplômé de Harvard-Westlake et de la Columbia University. Il a fait ses débuts au cinéma à l'âge de 11 ans dans LA VIE, L'AMOUR, LES VACHES de Ron Underwood, avec Billy Crystal, avant de tourner deux films sous la direction de son père, L'INCOMPRISE, avec Debra Winger, puis HOMEGROWN. Il tourne également à l'époque JOSH AND S.A.M. de Billy Weber et est salué pour son interprétation de Homer Hickam, Jr., un jeune garçon qui rêve de construire une fusée, dans le film de Joe Johnston CIEL D'OCTOBRE.
En 2001, il est nommé à l'Independent Spirit Award du meilleur acteur pour le film culte de Richard Kelly, DONNIE DARKO, dans lequel il a pour partenaire sa soeur, Maggie Gyllenhaal.
À sa filmographie viennent s'ajouter LOVELY AND AMAZING de Nicole Holofcener, avec Catherine Keener, THE GOOD GIRL de Miguel Arteta, avec Jennifer Aniston et John C. Reilly, HIGHWAY de James Cox, ou encore MOONLIGHT MILE de Brad Silberling, avec Dustin Hoffman et Susan Sarandon. Après LE SECRET DE BROKEBACK MOUNTAIN, on le retrouve dans PREUVE IRRÉFUTABLE de John Madden, avec Anthony Hopkins et Gwyneth Paltrow, et dans JARHEAD, LA FIN DE L'INNOCENCE de Sam Mendes, avec Jamie Foxx et Peter Sarsgaard.
On l'a vu depuis dans DÉTENTION SECRÈTE de Gavin O'Connor, face à Meryl Streep, Alan Arkin, Reese Witherspoon et Peter Sarsgaard, ZODIAC de David Fincher, avec Robert Downey, Jr. et Mark Ruffalo, et dans BROTHERS de Jim Sheridan, avec Natalie Portman et Tobey Maguire.
Sur scène, il s'est produit en 2002 dans la reprise de « This Is Our Youth » de Kenneth Lonergan face à Anna Paquin et Hayden Christensen. La pièce a été jouée huit semaines durant dans le West End londonien et Jake Gyllenhaal a obtenu pour sa prestation l'Evening Standard Theatre Award de la meilleure révélation.
Parallèlement à la sortie de END OF WATCH à l'automne 2012, Jake Gyllenhaal a fait ses débuts sur la scène new-yorkaise dans « If There Is I Haven't Found It Yet » avec la Roundabout Theater Company. Il s'agissait de sa première prestation au théâtre depuis « This Is Our Youth » à Londres.
En 2014, il s'est produit pour la première fois à Broadway, dans « Constellations » de Nick Payne, et a joué dans sa première comédie musicale avec « La Petite Boutique des Horreurs ». Il a depuis été la vedette de la reprise du chef-d'oeuvre de Stephen Sondheim lauréat du Prix Pulitzer « Sunday in the Park with George » face à Annaleigh Ashford. Le musical produit par son associée chez Nine Stories, Rivar Marker, a marqué la réouverture de l'Hudson Theatre et a joué à guichets fermés pendant 10 semaines, devenant ainsi l'un des plus gros succès de Sondheim.


TATIANA MASLANY
Erin Hurley

Pour sa prestation dans « Orphan Black », la série culte de BBC America dans laquelle elle incarnait plusieurs clones, Tatiana Maslany a été nommée au Golden Globe de la meilleure actrice dans une série dramatique en 2014, a remporté l'Emmy Award en 2016 après avoir été nommée en 2015, un ACTRA Award, deux Critics Choice Television Awards, une citation au Screen Actors Guild Award, et un prix et une citation aux Television Critics Association Awards.
On l'a vue en 2016 face à Dane DeHaan dans le film TWO LOVERS AND A BEAR réalisé par le cinéaste nommé à l'Oscar Kim Nguyen. Le film a été présenté à Cannes et à Toronto et lui a valu une nomination à l'ACTRA Award de la meilleure actrice.
Elle joué également dans THE OTHER HALF, présenté au Festival SXSW 2016, avec Tom Cullen. L'année précédente, elle a partagé avec Helen Mirren et Ryan Reynolds l'affiche de LA FEMME AU TABLEAU de Simon Curtis.
En 2010, elle a remporté le Prix spécial du Jury de la meilleure révélation au Festival de Sundance pour le film dramatique d'Adriana Maggs GROWN UP MOVIE STAR, et a été nommé au Genie Award. Et pour le rôle de Claire dans PICTURE DAY de Kate Melville, elle a été nommée Star de demain au Festival international de Toronto 2012 et a reçu les Prix d'interprétation du Whistler International Film Festival de l'ACTRA(Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists).
À sa filmographie figurent en outre CAS & DYLAN de Jason Priestley, avec Richard Dreyfuss, JE TE PROMETS de Michael Sucsy avec Channing Tatum et Rachel McAdams, VIOLET & DAISY de Geoffrey Fletcher, et BLOOD PRESSURE de Sean Garrity.
À la télévision, elle a été nommée au Gemini Award pour la minisérie « The Nativity » et a obtenu ce prix pour « Flashpoint » et « Bloodletting & Miraculous Cures ». Elle a joué dans deux épisodes de « Parks and Recreation ».


 Quelques mots 

NOTES DE PRODUCTION

STRONGER est l'histoire vraie de Jeff Bauman, un homme ordinaire devenu le héros de sa ville et le symbole mondial de l'espoir après les attentats du marathon de Boston en 2013. Débordant d'émotion, d'humanité et d'humour, ce film est le récit intime et profondément humain de la lutte d'un homme pour surmonter l'adversité et trouver sa propre force intérieure, mais aussi celui de la puissance des liens familiaux et de la fierté de toute une communauté.

Alors qu'il se tenait près de la ligne d'arrivée du marathon de Boston, le 15 avril 2013, Jeff Bauman n'avait aucune intention de devenir un héros. Mais lorsque deux bombes artisanales explosèrent près de lui, sa vie bascula.

Un photographe présent sur les lieux a immortalisé le terrifiant moment où il a été pris en charge par les secours, le bas de la jambe droite arraché et un os nu à la place de la jambe gauche. Cette image a fait le tour du monde. Jeff était soudain devenu l'incarnation de cette terrible tragédie aux yeux du monde entier.

Todd Lieberman, de chez Mandeville Films, a découvert son histoire grâce à un collègue qui voulait que Jeff écrive un livre sur son expérience. Le producteur était alors à la recherche d'un nouveau projet, un sujet qu'il voulait puissant, capable à la fois d'inspirer et de divertir. Il déclare : « Les histoires qui soulèvent les spectateurs sont rares. Et puis j'ai entendu parler de l'histoire vraie de Jeff. C'était exactement ce que je recherchais. »
Mais à l'époque, Jeff Bauman n'en était encore qu'au tout début de sa rééducation, et il ne tenait pas – on le comprend aisément – à revivre le calvaire qu'il tentait désespérément de surmonter. Lors de leur premier échange, Todd Lieberman lui a expliqué en toute franchise ce qu'impliquerait la réalisation d'un film. Il raconte : « Je lui ai dit que sa vie serait disséquée, que ses fragilités et sa douleur seraient exposées au grand jour, car mon objectif n'était pas de raconter une version édulcorée de son histoire. Je voulais montrer l'authenticité de son traumatisme, de ses émotions et des défis auxquels il a été confronté. Je lui ai assuré que s'il était prêt à le faire, je serais là pour l'accompagner, mais que s'il n'y tenait pas, je comprendrais. »

Finalement, Jeff Bauman a décidé d'écrire un livre, Stronger, et a accepté d'en confier les droits d'adaptation cinématographique à la société de Todd Lieberman. Le producteur avait déjà un scénariste en tête pour l'adapter : John Pollono. Brillant dramaturge, celui-ci ne s'était encore jamais essayé à l'écriture d'un long métrage, mais étant originaire du même coin de la Nouvelle-Angleterre que Jeff Bauman, il semblait être le candidat idéal. Le scénariste, qui a grandi à Londonderry, dans le New Hampshire, connaissait bien la géographie physique, culturelle et émotionnelle de l'univers de Jeff et avait déjà décrit avec réalisme et humour la vie dans la région dans ses pièces de théâtre.

John Pollono a immédiatement été touché par l'histoire et s'est très vite attaché à Jeff et ses proches : « J'avais l'impression de les connaître, ils me rappelaient ma propre famille. Quelqu'un qui n'aurait pas grandi dans ce genre de quartier n'aurait jamais pu écrire cette histoire. J'avais une immense responsabilité sur les épaules, mais il fallait que je le fasse. »

En préparant le scénario, il a découvert que l'histoire de Jeff ne se limitait pas au contenu de son livre. Pour les comprendre, lui et son monde, il était essentiel d'étudier sa dynamique familiale, ses convictions profondes sur ce qui fait d'un homme un homme, et son inébranlable loyauté. Le scénariste commente : « Le livre contenait des choses magnifiques. Plus je creusais l'histoire, plus je découvrais des informations susceptibles d'étoffer le film. J'ai été touché par le fait que Jeff était un homme ordinaire qui travaillait au rayon charcuterie d'un hypermarché Costco et que ce n'était pas un athlète. Il était simplement au mauvais endroit au mauvais moment. Je me suis demandé comment j'aurais réagi si c'était à moi que c'était arrivé... »

Todd Lieberman raconte sa première lecture : « Le script de John était exceptionnel, les dialogues authentiques et magnifiques. Il surpassait toutes nos attentes. John avait réussi à mêler le tragique au comique à travers l'humour dont Jeff parvient à faire preuve face à la situation. Et c'est exactement ce que nous voulions. Son scénario s'est placé en deuxième position sur la Black List cette année-là. »

John Pollono a continué à peaufiner l'histoire durant plusieurs mois en parlant aussi souvent que possible avec Jeff Bauman. Les heures qu'ils ont passées au téléphone ont eu raison de la réserve naturelle du jeune homme et ont permis au scénariste d'en apprendre davantage sur sa vie, avant et après l'attentat. John Pollono déclare : « J'ai aussi passé beaucoup de temps à discuter avec ses proches car Jeff était encore en pleine convalescence à l'époque. Il revient de loin, mais il souffre de stress post-traumatique, la bataille sera encore longue même s'il a désormais passé le cap critique. »

Le scénariste souligne qu'il ne s'agit pas d'un film sur le terrorisme, mais de l'histoire d'un homme et de ce qu'il doit surmonter pour reprendre le contrôle de sa vie. « Il a fallu trouver comment donner du sens à cette tragédie sans faire un film sombre et déprimant. L'humour noir est caractéristique de Boston et de la Nouvelle-Angleterre en général. Nous sommes des battants et nous en sommes fiers, le film se devait donc de traduire cette idée en adoptant l'humour typique de la région. »



DERRIÈRE LA CAMÉRA
DAVID GORDON GREEN
Réalisateur

La première réalisation de David Gordon Green, GEORGE WASHINGTON, a été nommée à deux Independent Spirit Awards (meilleur film et meilleur premier scénario) en 2001 et a obtenu le Prix du meilleur premier film du New York Film Critics Circle et le Discovery Award au Festival international du film de Toronto. Le film, dont il était aussi scénariste et producteur, a été classé par Roger Ebert, le New York Times et le Time Magazine dans leur liste des 10 meilleurs films de l'année 2000.
Son film ALL THE REAL GIRLS, dont il était là encore réalisateur et scénariste, a reçu le Prix Spécial du Jury au Festival de Sundance 2003 et a été nommé au Grand Prix du Jury. Il y dirigeait Paul Schneider et Zooey Deschanel.
En 2004, David Gordon Green a coécrit et réalisé L'AUTRE RIVE, avec Dermot Mulroney et Jamie Bell, en sélection officielle aux Festivals de Toronto et de New York.
Il a ensuite écrit et réalisé le drame romantique SNOW ANGELS, avec Sam Rockwell et Kate Beckinsale. Le film a été présenté au Festival de Sundance.
En 2008, il a dirigé Seth Rogen, James Franco, Gary Cole, Rosie Perez et Danny McBride dans la comédie DÉLIRE EXPRESS. En 2011, il a à nouveau dirigé Danny McBride et James Franco dans VOTRE MAJESTÉ. Il a réalisé ensuite la comédie BABY-SITTER MALGRÉ LUI, avec Jonah Hill.
En 2013, il a remporté le Prix du meilleur réalisateur au Festival de Berlin pour la comédie dramatique PRINCE OF TEXAS, avec Paul Rudd et Emile Hirsch.
À sa filmographie sont venus s'ajouter depuis le drame JOE, avec Nicolas Cage et Tye Sheridan, le drame MANGLEHORN avec Al Pacino et Holly Hunter, et la comédie dramatique QUE LE MEILLEUR GAGNE avec Sandra Bullock et Billy Bob Thornton.
Il a par ailleurs produit « Shotgun Stories » et a été producteur consultant sur de nombreux épisodes de la série à succès de HBO « Kenny Powers », avec Danny McBride.
David Gordon Green travaille actuellement sur la nouvelle série de Seeso « There's... Johnny ! », sur la troisième saison de « Red Oaks » pour Amazon et sur la deuxième de « Vice Principals » pour HBO. Il prépare un reboot de HALLOWEEN qu'il coécrit avec Danny McBride et dont il sera réalisateur. Il a récemment été producteur exécutif de THE LEGACY OF A WHITETAIL DEER HUNTER de Jody Hill, avec Danny McBride et Josh Brolin.



 L'avis de la presse 

Télérama - Samuel Douhaire
Le 15 avril 2013, deux bom¬bes explosent à l'arrivée du mara¬thon de Boston. Trois spectateurs sont tués et deux cent soixante-quatre autres, blessés. Dont Jeff Bauman, un ouvrier qui doit être amputé des jambes. Le récit de la réé¬ducation, puis de la résilience de cet homme ordinaire devenu héros américain laissait craindre une déferlante de pathos. David Gordon Green, ¬cinéaste talentueux (Prince of Texas), quoique inégal (Manglehorn, avec Al Pacino), a bien tenté de la contenir. Mais la mission était quasi impossible face au numéro doloriste de Jake Gyllenhaal, cabotin au-delà du pénible. Dommage, car Tatiana Maslany, dans le rôle de l'ex-petite amie rongée par la culpabilité, sait, elle, émouvoir avec subtilité. Et les scènes de groupe au sein de la chaleureuse communauté ¬irlandaise de Boston sont très réussies.

Première - Anouk Féral
Deux jeunes femmes sont admises le même jour dans un centre de désintoxication. Elles vont se voir, se reconnaître et s'adorer. Leur amitié, d'abord circonscrite aux règles strictes du centre, perdurera hors les murs, dans la « vraie vie », véritable mise à l'épreuve de leur sevrage et, par extension, de leur lien affectif. Comme l'explique Marie Garel-Weiss la réalisatrice, qui connaît personnellement son sujet, la toxicomanie est la maladie du lien, c'est aussi paradoxalement, de lui que peut jaillir la résurrection. Céleste et Sihem, Sihem et Céleste. Ces filles-là (Zita Hanrot et Clémence Boisnard), actrices chargées à bloc dès les premières secondes, increvables et sublimes ) campent donc un binôme instantané, une bête à deux têtes façon resilient evil, divergentent dans leur capacité à sauver leur peau, semblables dans leur passion de la défonce. Cette dernière, puissance invisible et vénéneuse du film, l'intrigue de sa séduction fatale, comme une sirène planquée derrière l'écran qui chanterait doucement aux deux filles : « Revenez. » Ce traitement sensible et sans manichéisme de la dope fait la singularité de La fête est finie, qui décrit le manque dans ce qu'il a de plus élémentaire : ce que l'on quitte et une terreur qu'on aime. On le redit, Marie Garel-Weiss sait de quoi elle parle. Et sa caméra pâtit parfois d'un naturalisme un peu forcé, son empirisme intime permet au film de rester droit, animé d'une pulsion indéfectible.

Libération - Julien Gester
Une scène parmi les plus réussies de Stronger, nouveau film du singulier David Gordon Green, évoque immanquablement une autre croisée l'an dernier dans un des plus foudroyants et douloureux chefs-d'œuvre émis par le cinéma américain ces dernières années, Un jour dans la vie de Billy Lynn, d'Ang Lee, splendeur sacrifiée par le marché au nom de l'acerbité trop à vif de son antiaméricanisme - on le sait au moins depuis la Porte du paradis de Cimino, l'Amérique ne saurait souffrir que l'on brûle tant de dollars pour cracher dans la soupe. Dans ces deux scènes si semblables, donc, on assiste chaque fois à la mise en scène d'un héroïsme paradoxal, érigé comme tel par une martyrologie spécifiquement américaine, et à son insertion forcée au cœur de la machinerie du show sportif médiatisé. Dans les deux cas, les feux des spots et la pyrotechnie des flashs provoquent une anamnèse brutale et subie sous le regard des masses, tandis que la mémoire traumatisée se réactive à l'écran par éclats (le retour de la lointaine Irak refoulée pour le soldat Billy Lynn ; ici, le fracas des bombes à domicile).

Paris Match - Yannick Vely
Respectueux. C'est le premier mot qui vient à l'esprit après la projection du beau et fort «Stronger».
Respectueux de l'histoire ordinaire de Jeff Bauman, victime des attentats de Boston qui deviendra bien malgré lui le clown blanc du cirque médiatique. Respectueux des gens ordinaires de Boston, qui aiment aller au pub en famille pour regarder un match des Red Sox, travaillent dur et vivent simplement à l'écart du tumulte politique. David Gordon Green («Prince of Texas», «Joe») a toujours aimé filmer les outsiders de l'Amérique, les anti-héros qui ne parviennent pas toujours à tracer une ligne droite dans leur vie. Cela donne des films profondément humains, qui creusent la psychologie des personnages plutôt que de montrer les muscles et de jouer la corde lacrymale.

On pleure souvent, pourtant, devant «Stronger», mais ce sont des larmes d'empathie tant on peut s'identifier au couple formé par Jeff et Erin. Cette dernière est le beau personnage en creux du film, une femme forte qui doit affronter sa part de culpabilité dans ce qui est arrivé à son ex encore amoureux d'elle. La mise en scène de David Gordon Green s'efface derrière l'histoire et ses deux formidables acteurs, Jake Gyllenhaal et Tatiana Maslany, vraie et belle révélation du film. «Stronger» est aussi une déclaration d'amour à Boston et à ses habitants, une belle manière de mettre un pansement sur la plaie, même si l'on sait qu'elle ne cicatrisera jamais.


Cahiers du cinéma - Joachim Lepastier
Ce que dessine plus largement le film, mais en creux, c'est le portrait d'une Amérique ordinaire minée par l'autodépréciation, voire la dépression. (...) Voilà en quoi, Stronger est un film plus retors et personnel que son apparat balisé ne le laissait craindre.

Le Parisien - Catherine Balle
C'est une histoire comme le cinéma américain les adore : celle d'un homme ordinaire devenu un héros. Pendant sa première partie, «Stronger» est pourtant un film un peu plus subtil que cela. Inspiré d'une histoire vraie, le drame raconte comment Jeff Bauman a dû être amputé des deux jambes après l'attentat d'avril 2013 pendant le Marathon de Boston. «Stronger» brosse le portrait d'une famille d'Américains moyens, biberonnée à la bière et aux matchs de base-ball, grisée par la médiatisation de l'un des siens. On regrette la fin, plus patriotique et convenue.

Le Nouvel Observateur - Xavier Leherpeur
Le nouveau film du réalisateur de "Prince of Texas" laisse un goût amer. Autour de l'histoire vraie d'une des victimes des attentats de Boston (un jeune homme, venu assister au marathon où court la femme qu'il aime, se retrouve amputé des deux jambes), le cinéaste dresse le portrait d'un anonyme instrumentalisé par son pays et par ses proches, qui abusent de ce quart d'heure de célébrité.

D'abord pudique et mesuré, David Gordon Green filme la solitude auto¬destructrice du héros (Jake Gyllenhaal, impeccable dans la douleur silencieuse). Mais ce prometteur point de vue, hélas, disparaît au profit, dans la dernière ligne droite, d'une reconstitution frontale et inutile de l'explosion, avec gros plans sur les moignons sanglants. Une volte-face douteuse doublée d'une morale au marteau sur les valeurs familiales et patriotiques : les Etats-Unis méritent tous les sacrifices. D'où un furieux agacement.


Femme actuelle - Amélie Cordonnier
Un film poignant sur la reconstruction d'un homme, incarné par Jake Gyllenhaal, bluffant.



Association IRIS – Saison 2017-2018–
www.cine-iris.com - contact@cine-iris.com
Programmation et animation des films du jeudi soir (projections en V.O)
Festival 'Faites des courts'- ciné goûter/pizza pour les enfants
Un projet « Autour de l'animation » - Partenariat avec d'autres associations
Merci à tous pour votre soutien.
Evenements
Ciné goûter
liens
Galerie de photos
Programmes
Archives
Qui sommes nous ?
Contacts