La Fête est finie

  jeudi 15 Mars   
20 H 15


Projection suivie d'un débat avec la réalisatrice

Scénario : Salvatore Lista
Image : Samuel Lahu
Montage son : Pierre Bariaud
Production : Elzévir Films
Musique originale : Ferdinand Berville,Pierre Allio
Directeur de production : Yves Comte
Montage image : Riwanon Le Beller,Guerric Catala
Scénario, réalisation : Marie Garel-Weiss
Assistante réalisation : Laure de Butler A.F.A.R.
Produit par : Denis Carot
Chef décorateur : Guillaume Deviercy
Chef costumière : Lou Garel,Mildred Giraud
Directrice de casting : Youna de Peretti A.R.D.A.
Producteur : Laurent Cercleux
Mixeur : Samuel Aïchoun
Scripte : Charles Sire
Régisseur général : Yann Gantelmi d'Ille
Bruiteur : Nicolas Fioraso
Distribution : Pyramide Distribution

Site officiel


 Avec 

» Zita Hanrot - Sihem» Clémence Boisnard - Céleste» Michel Muller - Le Psychologue
» Christine Citti - Catherine» Pascal Rénéric - Jean-Louis» Martine Schambacher - Madeleine
» Marie Denarnaud - Céleste» Inès Fehner - La Thérapeute


 Synopsis 

LA FETE EST FINIE, c'est l'histoire d'une renaissance, celle de Céleste et Sihem. Arrivées le même jour dans un centre de désintoxication, elles vont sceller une amitié indestructible. Celle-ci sera autant une force qu'un obstacle lorsque, virées du centre, elles se retrouvent livrées à elles-mêmes, à l'épreuve du monde réel et de ses tentations Le vrai combat commence alors, celui de l'abstinence et de la liberté, celui vers la vie.


 Anecdotes 

BIOGRAPHIE

Marie Garel-Weiss est une scénariste et réalisatrice française. Elle commence par être stagiaire puis assistante réalisation sur des tournages. Avec Vincent Ravalec, elle écrit deux courts métrages qu'elle réalise en quelques heures et sans moyens (L'AMOUR DANS LES SAUNAS HÉTÉROSEXUELS et LA VIE DE GARÇON, diffusés par Canal+). Elle co-écrit ensuite ATOMIK CIRCUS des frères Poiraud, puis les films de Thierry Poiraud (GOAL OF THE DEAD, DON'T GROW UP).

Marie Garel-Weiss collabore aussi à plusieurs programmes courts pour la télévision, notamment avec Michel Muller (UN FILM SANS). Elle a travaillé en tant que coscénariste avec différents réalisateurs comme Fabrice du Welz ou Cédric Kahn, ainsi qu'Hélène Angel (PROPRIETE INTERDITE). Elle a également adapté Jeunesse sans Dieu de Odon von Örvath au théâtre de la Bastille, mise en scène par François Orsoni.
LA FETE EST FINIE est son premier long métrage.


 Entretien 

ENTRETIEN AVEC LA RÉALISATRICE
MARIE GAREL-WEISS

Comment avez-vous abordé le projet de La Fête est finie, votre premier long métrage ?

J'ai réalisé des courts métrages et été scénariste. Écrire pour les autres me comblait et me permettait de gagner ma vie. J'étais quand même bien planquée à cette place et j'ai mis du temps à me consacrer à un projet de long métrage, à me l'autoriser.
Et pour mon premier long métrage, cette histoire personnelle que je raconte en partie dans La Fête est finie s'est imposée progressivement comme une évidence.

Comment s'est passée la collaboration avec le scénariste Salvatore Lista ?

Quand on part d'une matière personnelle, c'est difficile de la dénaturer, de décoller un peu du sol. Dans le scénario initial, trop d'éléments se télescopaient. Salvatore m'a aidée à faire le tri. Il m'a fait faire un travail sur moi. Il est clairement apparu que l'amitié entre Sihem et Céleste résistait à ce grand nettoyage. Travailler avec Salvatore m'a autorisé cette distance qui permet paradoxalement de ne plus en avoir, d'oser mettre vraiment les mains dans le pétrin.

L'amitié qui unit Céleste et Sihem est forte mais ambivalente car associée à une forme de dépendance aux yeux du personnel médical et social qui les entoure.

Cette idée a été un peu le pivot de l'écriture, avec ce thérapeute qui dit à Céleste et Sihem : « Si vous restez ensemble, vous allez rechuter ». Cette réplique est un élément narratif majeur car cet homme a raison et... il a tort. Nous avions envie que les événements contredisent les propos du thérapeute mais qu'à chaque fois qu'ils lui donnent apparemment raison, on le vive comme une petite torture.
De par son âge et son passé, Sihem pourrait être une grande soeur ou une mère de substitution pour Céleste mais les places ne sont jamais aussi clairement définies, tout est toujours en mouvement.
Dans les premières versions du scénario, Sihem était le personnage au caractère fort et Céleste était plus fragile, en creux. Sans doute parce que je m'étais projetée en elle et que je ne l'assumais pas totalement. Au fil de l'écriture, Céleste est devenue plus explosive, indomptable, comique aussi parfois. A l'inverse Sihem s'est complexifiée, elle semble solide mais vacille alors que Céleste parait inconséquente mais finit par prendre sa vie en main. Nous voulions que rien ne soit joué d'avance.

Leur amitié est intime, presque charnelle...

Dans la vie, on flirte souvent avec le désir, de façon plus ou moins subliminale. Et il y a aussi ce que les autres projettent sur leur lien. C'est surtout leur entourage qui imagine que Céleste et Sihem couchent ensemble ! Céleste et Sihem ne sont pas en couple mais finalement il y a une intimité incroyable entre elles qui résistera aux garçons, au temps...

On découvre à leurs côtés les règles de fonctionnement du centre de désintoxication où elles arrivent.

Je me suis inspirée du centre APTE, ouvert notamment par Kate Barry. Ce centre m'a sauvé la vie à un moment très critique. Il privilégie la thérapie de groupe, l'identification entre patients, l'entraide, peu importe ses addictions ou son histoire.

Votre film lance des pistes d'explications psychologiques mais ne réduit pas les personnages à l'une d'entre elles.

Pourquoi Sihem et Céleste sont-elles toxicomanes ? Je ne sais pas, personne ne sait jamais vraiment. Ça vous tombe dessus. La dépendance à la drogue est sans doute un faisceau de plusieurs éléments et pas toujours les mêmes pour tout le monde : les familles ne sont pas toujours dysfonctionnelles par exemple, les toxicomanes pas toujours destructeurs... Parfois la drogue ou l'alcool ne sont pas le symptôme d'une envie de mourir mais au contraire d'une telle envie de vivre que tu as du mal à la canaliser. Cette vitalité, j'avais envie qu'elle transpire dans le film. Malgré les difficultés, Sihem et Céleste sont très gaies, d'ailleurs j'ai moi-même énormément ri dans ce centre.

Sihem veut s'en sortir, elle incarne la volonté. Céleste est moins déterminée mais elle est habitée par une force naturelle.

Quand tu es toxico, tu as une volonté d'acier, une volonté déchaînée ! Tu es capable de sortir par moins vingt, tout nu sous la neige, pour aller chercher de la came. Ce n'est pas une question de volonté mais au contraire presque de lâcher prise. Céleste le dit à la fin : « Je ne me bats plus ».
L'entourage et la société fonctionnent beaucoup au chantage au mérite parce qu'ils ont peur et veulent des solutions rapides : si tu fais des choses conformes, si tu as un boulot, un toit, un mec, tu vas t'en sortir.

Le diagramme qui explique que la famille se construit autour de l'élément dépendant est très éclairant...

L'entourage a lui aussi ses responsabilités. En tout cas, il doit s'interroger, notamment sur ses motivations. Etre considéré comme une personne totalement dévouée à son enfant dépendant ou le chevalier servant d'une fille défoncée, avec qui vous pouvez faire tout ce que vous voulez, dans tous les domaines, ça peut aussi être une source de bénéfices dont on devient dépendant à sa manière...

Le film interroge aussi l'après chaos, la résilience...

Ce sont des moments très intenses, l'envie de s'en sortir et la peur de rechuter se mêlent. C'est ce que Sihem et Céleste expérimentent, parfois avec fracas. Il y a un risque à prendre d'abandonner ce qui détruit, mais qui est familier, pour l'inconnu.
Ça ne marche pas à tous les coups, alors quand la petite lueur s'allume, c'est une explosion de vie.
On sent le désir de partage qui unit le groupe de parole.

Le groupe de parole, au-delà de la problématique de la dépendance à la drogue, n'est rien d'autre qu'un espace où parler de ses difficultés à vivre, à composer avec sa famille, avec le lien. On dit que la toxicomanie est la maladie du lien. De ce point de vue, je pense que tout le monde peut s'y reconnaître...

Comment avez-vous travaillé tous ensemble, concrètement ?

Pour arriver à capter la vie qui circule dans ces moments-là, j'ai beaucoup travaillé le choix des comédiens. La directrice de casting, Youna de Peretti, a très bien compris l'esprit du film et m'a présenté des acteurs incroyables. Dans le centre, on a fait beaucoup d'impros, de répétitions, puis j'ai réécrit à partir de ces nouveaux personnages qui avaient émergé. Il s'est formé un vrai groupe, c'était très réaliste sur le tournage.
Pour les réunions, j'ai expliqué aux acteurs, aux amis, même aux membres de l'équipe que nous avions réquisitionnés, comment ça se passait, libre à eux de participer ou pas. Personne ne savait vraiment qui allait dire quoi. Certains avaient un texte, d'autres levaient la main spontanément. Moi-même je ne savais pas toujours ce qu'ils allaient exprimer !

Dans le centre, l'interdiction de faire l'amour interroge la frontière entre être dépendant et être en vie, avec des désirs...

Après le manque physique vient le manque psychologique, tu es comme une souris affamée prête à se jeter sur n'importe quoi qui ressemble à du fromage. Tu débordes sans cesse, tu es à l'affût de la moindre échappatoire, tu tombes amoureux de n'importe qui, c'est quasi chimique, artificiel au début... puis ça se calme et certaines choses s'imposent finalement à ce tourbillon, comme l'amitié entre Sihem et Céleste.

Dans le parcours du film, vous vous autorisez des bulles temporelles, notamment quand Céleste et Sihem croisent d'autres jeunes.

Quand elles fuguent, le danger plane qu'il pourrait leur arriver quelque chose de grave... Mais au contraire elles passent cette soirée avec des jeunes inoffensifs. Céleste et Sihem me font penser à Boucle d'or entrant dans la maison des ours : elles essayent une vie qu'elles n'auront pas, mais qu'elles auraient pu avoir.

La scène entre Sihem et le garçon est un peu désenchantée... mais aussi romantique.

Oui, le garçon est démuni face à Sihem, il en tombe amoureux. Sihem et Céleste sont censées avoir quelque chose en moins que ces jeunes bien sous tous rapports mais finalement, sans le savoir, elles ont une force en plus : celle de la différence, celle de ceux qui ont souffert.

Comment s'est fait le choix de Clémence Boisnard pour jouer Céleste ?

Clémence a été repérée dans une boîte de nuit par l'assistante de la directrice de casting. Elle avait déjà joué dans L'Age atomique d'Helena Klotz, elle voulait être comédienne mais n'avait pas suivi de cursus classique.
Clémence m'a séduite par sa drôlerie, c'est la seule qui a fait une proposition comique aux premiers essais.
Ensuite, les essais avec Zita ont été décisifs, elle l'a fait sortir de ses gonds, elles ont été magiques ! Nous avons vu beaucoup de jeunes filles, mais Clémence a été une évidence.
Clémence est un sacré tempérament, et en même temps elle porte une charge émotionnelle qu'elle a beaucoup insufflée dans le film. Faire ce film était pour elle une expérience limite, comme celle de son personnage : elle pensait que le tournage ne serait que de la joie mais elle était sans cesse remuée par des émotions, elle trouvait ça difficile, et s'en voulait de trouver ça difficile. Elle a mené un vrai combat avec elle-même.

Et le choix de Zita Hanrot ?

J'avais vu Fatima de Philippe Faucon et malgré la beauté et la douceur que dégage Zita, j'avais repéré cette morgue, ce côté altier que je recherchais pour Sihem. Un peu comme dans le scénario, elle était plus mûre et plus canalisée que Clémence en apparence, elles se sont prises au jeu de l'amitié que raconte le film. Zita cherche sans cesse, questionne, propose puis lâche prise à force de travail. Elle s'implique énormément et donne beaucoup, comme Sihem finalement.
Le fait qu'elle et Clémence soient aussi différentes, que leurs énergies se cognent et se cherchent, fonctionnait très bien avec le récit, elles sont proches et très opposées à la fois. C'était important que ça fonctionne entre elles, c'est d'abord un binôme que je recherchais.
J'adore comme Clémence bouffe des yeux Zita tout au long du film.



Quels étaient vos désirs de mise en scène ?

J'ai besoin de visualiser en amont les scènes, j'ai donc fait un découpage assez précis avec Samuel Lahu le chef opérateur. Nous sommes restés fidèles à cette géographie visuelle décidée en amont, nous avons privilégié une proximité avec les personnages, filmé de manière très libre, caméra à l'épaule.

La musique exprime une urgence vitale et joyeuse.

Elle a été composée par Ferdinand Berville et Pierre Allio. Très tôt, j'avais demandé à Ferdinand qu'il m'écrive un thème pour ces filles. J'imaginais une cavalcade, des sirènes de pompiers... J'ai tout de suite adoré ce thème, il me hantait et il m'a accompagnée pendant presque toute l'écriture du scénario.
Quant à la chanson de fin, j'ai demandé à un ami qui entend tout ce qui se fait de me sélectionner des choses encore peu connues. Le titre du groupe français Fhin colle parfaitement je trouve, ils sont très doués.

Quel regard portez-vous sur cette première expérience de cinéaste ?

Réaliser un film demande une opiniâtreté et impose un état obsessionnel dans lequel je n'avais pas envie de me jeter avant. Il faut soutenir l'appétence et l'énergie jusqu'au bout. C'est aussi une question de rencontres.
Sans Marie Masmonteil, la productrice, je pense que je n'aurais pas fait La Fête est finie. Au final, ce film s'est imposé. Je ne suis pas arrivée à lui échapper !

Propos recueillis par Claire Vassé


 L'avis de la presse 

Les Inrockuptibles - Serge Kagansky
L'extraordinaire performance de deux actrices

Céleste (Clémence Boisnard) est placée dans un centre de désintoxication. Elle y rencontre Sihem (Zita Hanrot) et va nouer avec elle une relation (trop ?) fusionnelle qui lui permettra bientôt d'avoir à nouveau le courage de tenter de s'insérer hors du centre. D'une dépendance à l'autre, le film dresse le trajet de corps pour qui le réel n'est abordé que comme une suite d'absolus et d'extrêmes. Le trajet forcément oscillatoire d'une jeunesse qui doit apprendre l'adulte tempérance que nécessite la vie en société est ici dépeint avec une absence de jugement moral et une émotive sincérité.

C'est que ce premier long-métrage est également le récit d'une expérience vécue, Marie Garel-Weiss ayant elle-même fréquenté un centre de désintoxication. Mais La Fête est finie n'est pourtant pas un film sur les dangers de la drogue. Il travaille la substance même de l'addiction, aussi bien sentimentale que psychoactive, c'est-à-dire ce besoin de s'empoisonner pour rendre la vie supportable.

Entre désespoir et béatitude, la relation de Céleste et Sihem échappe à toute catégorisation. Destructrice autant que salutaire, aussi fragile que forte, amoureuse autant qu'amicale, fraternelle mais aussi maternelle, elle embrasse toutes ces dimensions avec une poignante urgence. Car Marie Garel-Weiss fait preuve d'un talent particulier pour filmer l'ambivalence. Transpirant à travers les choix de cadres, les regards, les gestes et les mots, ce refus de définir trop précisément les choses et de juger les actions de ses personnages dote La Fête est finie d'une précieuse sensibilité, quasi hyperesthésique. Un premier film énergique et juste.


Télérama - Guillemette Odicino
Une belle rage de vivre
Un premier film fort et touchant

C'est une belle histoire de fusion. Céleste et Sihem se rencontrent en centre de désintoxication. Immédiatement, pour sortir de la dope, ces deux sœurs de hasard s'unissent contre le reste du monde. Un monde qui ne peut les comprendre, où rôde la tentation de replonger. Pour les deux amies, renvoyées du centre et tenaillées par le manque, l'amitié fusionnelle sera-t-elle un danger ou une chance ?... Rechutes et fureur de (sur)vivre : pour son premier long-métrage, la jeune réalisatrice filme l'addiction avec une franchise et une énergie étonnantes, dans une lumière crue et douce.

Le suspense est constant : ses deux héroïnes sont à la fois à l'aube et au crépuscule de leur vie, c'est à elles, à chaque minute, qu'il appartient de choisir. Entre deux belles scènes de groupes de parole, Zita Hanrot et Clémence Boisnard rayonnent, que ce soit en boîte de nuit ou dans un studio miteux : la première, toujours aussi altière, mais emplie d'une rage magnifique qu'on ne soupçonnait pas dans Fatima ; la seconde, débutante, en fiévreuse finalement indestructible.

Deux combattantes qui se débattent violemment, et en rient aussi, dans une démarche de guérison à contretemps. Ce film où un simple sandwich grec peut rendre l'espoir est un éloge insolent de l'appétit de vie, coûte que coûte.

L'Express - Eric Libiot
Une énergie impressionnante

C'est un corps, un visage, un regard. Et parfois, au cinéma, il n'en faut pas davantage pour se faire prendre par la main – qu'on se souvienne de Sandrine Bonnaire dans A nos amours pour parler d'un choc à cette mesure. Elle s'appelle Clémence Boisnard. Son premier grand rôle. Quasi son premier rôle. Elle joue Céleste, elle est Céleste, fille de la rue, toxico, une vie en l'air, un avenir en plomb.

Dans la scène d'ouverture de La fête est finie, de Marie Garel-Weiss, elle interpelle les passants d'un hochement de tête, d'un revers de main, d'un coup de pied rageur, de mots jetés à la figure. Un prologue comme un instantané du monde d'aujourd'hui. Céleste débarque dans un centre de désintoxication, rencontre Sihem ; les deux font la paire. Elles veulent s'en sortir. Sihem, c'est Zita Hanrot, impressionnante aussi, mais déjà vue, notamment dans Radiostars et, surtout, dans Fatima.

On s'en tiendra donc, pour inciter à aller voir un film qui n'allège pas les grisailles du moment, au plaisir de voir deux comédiennes saisir leurs personnages en même temps que leur chance. Il y a là une émotion qui s'épanche hors du film, pour ainsi dire. L'empathie est à son comble, le désir de porter Céleste et Sihem vers des lieux plus amènes aussi, comme celui de pousser Clémence Boisnard et Zita Hanrot vers des affiches toujours plus hautes.

Première - Anouk Féral
Deux actrices chargées à bloc, increvables et sublimes

Deux jeunes femmes sont admises le même jour dans un centre de désintoxication. Elles vont se voir, se reconnaître et s'adorer. Leur amitié, d'abord circonscrite aux règles strictes du centre, perdurera hors les murs, dans la « vraie vie », véritable mise à l'épreuve de leur sevrage et, par extension, de leur lien affectif. Si, comme l'explique Marie Garel-Weiss, la réalisatrice, qui connaît personnellement son sujet, la toxicomanie est la maladie du lien, c'est aussi, paradoxalement, de lui que peut jaillir la résurrection.

Céleste et Sihem, Sihem et Céleste. Ces filles-là (Zita Hanrot et Clémence Boisnard, actrices chargées à bloc dès les premières secondes, increvables et sublimes) campent donc un binôme instantané, une bête à deux têtes, divergentes dans leur capacité à sauver leur peau, semblables dans leur passion de la défonce. Cette dernière, puissance invisible et vénéneuse du film, l'irrigue de sa séduction fatale, comme une sirène planquée derrière l'écran qui chanterait doucement aux deux filles : « Revenez. »

Ce traitement sensible et sans manichéisme de la dope fait la singularité de La fête est finie, qui décrit le manque dans ce qu'il y a de plus élémentaire : ce que l'on quitte est une terreur qu'on aime. On le redit, Marie Garel-Weiss sait de quoi elle parle. Et son empirisme intime permet au film de rester droit, animé d'une pulsion de vie indéfectible.



Association IRIS – Saison 2018-2019
www.cine-iris.com - contact@cine-iris.com
Programmation et animation des films du jeudi soir (projections en V.O)
Festival 'Faites des courts'- ciné goûter/pizza pour les enfants
Un projet « Autour de l'animation » - Partenariat avec d'autres associations
Merci à tous pour votre soutien.
Evenements
Ciné goûter
liens
Galerie de photos
Programmes
Archives
Qui sommes nous ?
Contacts